« InfoPalestine » Décembre 2020

Revue de Presse Décembre 2020

Presse, courriels et déclarations

1er Décembre : Israël vers de nouvelles élections. Benny Gantz soutient la motion de censure de l’opposition qui demande la dissolution du Parlement et l’organisation de nouvelles élections. Votée par 61 voix contre 54, elle met à mal l’attelage
Netanyahou/Gantz. (Le Monde)

2 décembre : Le nouveau rapport d’HaMoked (Centre pour la défense des personnes) révèle que chaque année, des centaines d’adolescents de Cisjordanie sont tirés de chez eux en pleine nuit et emmenés, menottés, les yeux bandés, vers des entres d’interrogatoire. Ces arrestations nocturnes sont contraires au droit international et violent les propres règles de l’armée. Suite à ses constatations, HaMoked a adressé une requête à la Haute Cour de Justice israélienne. (Communiqué de HaMoked repris par Middle East Eye)

Une jeune refuznik israélienne, Hallel Rabin, vient d’être libérée de prison pour la troisième fois. L’occupation israélienne de la Palestine et les crimes de guerre contre les Palestiniens sont les raisons qui la poussent à refuser le service militaire. (Middle East Eye)

3 décembre : Un tribunal israélien a approuvé le refus de la municipalité de Karmiel (ville située au nord de Haïfa) de financer le transport scolaire de deux jeunes palestiniens israéliens vers une école voisine arabophone, faisant valoir que la « loi sur l’État-nation » justifiait cette décision au motif de renforcer le « caractère juif » de la ville. (Middle East Eye – L’Humanité)

Suite aux pressions de la France, la Norvège décide d’extrader vers la France un palestinien de 62 ans, suspecté d’avoir participé à l’attentat de la rue des Rosiers à Paris en août 1982. Ce palestinien, maintenant de nationalité norvégienne, aurait été alors membre du Fatah. (Le Monde)

7 Décembre : Vive émotion dans les Territoires palestiniens après la mort d’un jeune palestinien de 13 ans, Ali Abu Alia, tué vendredi 4 décembre en Cisjordanie occupée par des tirs de l’armée israélienne lors d’une manifestation dans le village d’al Mughayir. Encore une fois l’armée israélienne nie son crime, assurant qu’elle n’a utilisé que « des moyens de dispersion anti-émeutes ». (Alice Froussard, RFI).

Dans un nouveau rapport, l’ONG israélienne Breaking the Silence dévoile quelques 25 projets israéliens de routes en Cisjordanie occupée, destinées à servir et encourager la colonisation dans les prochaines années. Breaking the Silence souligne que ces projets tendent à « enraciner le contrôle d’Israël sur les territoires occupés, en poursuivant la banlieusardisation des colonies israéliennes et en fragmentant le territoire
palestinien,
ils contribuent à cimenter la réalité d’un Etat avec des droits inégaux ». (Middle East EyeLe Monde)

9 Décembre : Hanane Achraoui, 74 ans, membre de l’exécutif de l’OLP, annonce sa démission afin de protester contre la reprise de la coordination sécuritaire avec les Israéliens. Elle appelle « à rajeunir, féminiser et à inclure des professionnels qualifiés » dans le système politique palestinien. (Mediapart)

10 décembre : L’Union Européenne contribue à financer une usine de traitement des déchets illégale au regard du droit international, dans le bloc de colonies de Maaleh Adumim, en Cisjordanie occupée. (The electronic intifada)

Conséquences de la normalisation entre Israël et les Emirats Arabes Unis, un riche émirati vient d’acquérir 50 % du club de foot le plus raciste d’Israël, le Beitar  Jérusalem, tristement connu pour les chants anti-arabes de ses supporters. Par ailleurs, hommes d’affaires et touristes israéliens se ruent vers Abou Dhabi ; 50 000 billets d’avion auraient été vendus pour décembre. A leur attention, Tel-Aviv a rédigé un code de bonne conduite, avec, notamment, ce conseil : ne pas engager de débat au sujet des palestiniens. (Libération)

Pour marquer la journée internationale des droits humains, le 10 décembre,
des dizaines d’israéliens ont manifesté devant les bureaux du Shin Bet à Tel
Aviv, dénonçant les détentions administratives et les tortures, en
particulier contre les mineurs palestiniens. Une manifestation accompagnée
d’un happening évoquant les tortures subies par les palestiniens. (+972 Magazine)

11 décembre : Deal de Trump entre le Maroc et Israël ; la Maison Blanche reconnaît la souveraineté de Rabat au Sahara occidental en échange d’une normalisation avec l’Etat hébreu. (Le Monde) – La diplomatie de Trump c’est « colonialisme sans frontière » !

12 décembre : Journée internationale d’action pour le boycott de Puma, sponsor
de l’Association israélienne de football et complice de la colonisation israélienne en Cisjordanie. Appel au boycott des produits Puma et envoi de mail au directeur général de PUMA-France. (BDS – AFPS)

14 décembre : Récompense : pour avoir choisi le 23 octobre 2020, sous la pression de Trump de normaliser ses relations avec Israël, le Soudan se voit retiré de la liste noire américaine des pays soutenant le terrorisme. (Le Monde)

17 décembre : 46 parlementaires européens, de différents groupes politiques, demandent à la Commission européenne d’interdire le commerce avec les colonies israéliennes de Cisjordanie. (La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine)

18 décembre : 31 organisations de défense des droits de l’Homme, réseaux et syndicats de Palestine et d’Europe demandent que l’entreprise espagnole CAF (dans
le consortium qui réalise une nouvelle ligne de tramway à Jérusalem Est) soit incluse dans la base de données des Nations unies sur les entreprises impliquées dans la
colonisation illégale des territoires palestiniens par Israël. (Communiqué des initiateurs de l’appel) L’État de Palestine élu à l’unanimité membre du Bureau exécutif de la Cour Pénale Internationale pour la deuxième fois consécutive, lors des réunions de l’Assemblée des États membres de la Cour à New York le 18 décembre. (Maannews.net)[2]

19 décembre : Le jugement en faveur de la municipalité de Karmiel qui refuse
des écoles ou des transports pour les enfants arabes israéliens fait grand bruit (voir 3 décembre) ; l’affaire a été portée à la Knesset. Le débat, auquel participaient surtout des députés non juifs, les représentants du gouvernement l’ayant évité, a été l’occasion de dénoncer le caractère discriminatoire de la « loi Etat-nation du peuple juif ». (Arte Journal)

22 décembre : Le Canada a annoncé lundi 21 décembre une aide de 90 millions de dollars canadiens (57 millions d’euros) sur trois ans à l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), dont le travail sur le terrain est mis à mal depuis l’arrêt, en 2018, de la contribution financière des Etats-Unis. (Le Monde)

23 décembre : Le Parlement israélien s’est dissous mardi 22 décembre à minuit, plongeant l’Etat hébreu dans sa quatrième campagne électorale en moins de deux ans sur fond de tensions entre Benyamin Nétanyahou et son ex-rival Benny Gantz. (Le Monde)

26 décembre : Israël a mené une série de raids aériens visant de nombreuses zones de la bande de Gaza à la première heure samedi 26 décembre. Trois Palestiniens, dont une petite fille de 6 ans, ont été blessés. Le Hamas dénonce ces raids « barbares ». (AFP)

29 décembre : la situation sanitaire s’est aggravée à Gaza. Un tiers des tests de dépistage réalisés sont désormais positifs, et le nombre de décès liés au coronavirus a doublé en trois semaines, pour atteindre plus de 300 morts dimanche 27 décembre. Après des années de blocus israélien, Gaza doit faire face à un manque tragique d’équipement et de matériel médical. (Le Monde)

Des colons israéliens ont torturé et battu à mort un travailleur palestinien sur son lieu de travail, dans la colonie israélienne illégale de Gilo. Le corps d’Abdulfatah Obayat a été trouvé dans un bâtiment de Gilo le 16 décembre 2020. Pour la Nouvelle Fédération des syndicats palestiniens, ce meurtre sauvage révèle une nouvelle fois la brutalité à laquelle les travailleurs palestiniens sont soumis dans les entreprises israéliennes. (Agence Média Palestine)

Le Ministre israélien de la Sécurité publique, Amir Ohana, a demandé à l’administration pénitentiaire du pays de ne pas vacciner les prisonniers de sécurité palestiniens. Une demande en contradiction avec les directives du ministère de la santé, mais clairement révélatrice des dérives fascisantes de membres du gouvernement israélien. (Middle East Eye)

31 décembre : Le gouvernement français maintient la pression judiciaire sur les appels au boycott des produit israélien malgré la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), le 11 juin 2020, pour « atteinte à la liberté d’expression « . Le garde des sceaux, Éric Dupond-Moretti, considère que « la Cour européenne n’a pas invalidé la possibilité de poursuites des appels au boycott« , son interprétation est que la Cour « pose des exigences de motivation
supplémentaires
« . (Le Monde)

Pour lire le développé d’une bonne partie de ces informationshttps://www.france-palestine.org/

Collectif de rédaction : Aimée, Camille, Catherine, Marie-Hélène, Pierre,
Raymond…